De retour pour les championnats

De retour pour les championnats

Posté dans : Compétitions | 0

Ma participation aux Championnats Suisses de samedi passé est restée très longtemps incertaine. Suite à la déchirure de mon ischio, il y a six semaines, j’ai dû me consacrer à sa guérison. Et c’est seulement cinq jours avant l’échéance que j’ai pu prendre la décision de participer à ces championnats. Bien m’en a pris, je vais chercher la troisième marche du podium !

Cette médaille de bronze représente énormément pour moi. Intervenant après cinq mois rendus très compliqués par les blessures, elle est sans doute la plus belle après mon premier titre suisse en 2012. En effet, à peine remis d’une grave entorse de la cheville droite, mon ischio a dit stop et m’a forcé à retourner à la case réhabilitation.

Les entraînements des derniers mois ont donc plus été constitués d’aménagements pour ma cheville puis mon ischio, que d’une préparation optimale. C’est donc avec très peu de préparation technique, mais énormément d’envie, que je me suis présenté dans le stade du Letzigrund. Dès le début du concours, je sens que je n’ai pas vraiment les jambes, évidemment il me manque de l’explosivité. Je dois m’y reprendre à trois reprises pour effacer ma première barre, placée à 1.95m. A ce moment, j’ai pu tabler sur mon expérience pour garder mon calme et assurer le troisième saut où l’échec n’était plus permis. Puis, en franchissant 2.00m à mon premier essai, je vais arracher la médaille !

Cette performance, bien que dans l’absolu moyenne, est très positive. Elle me démontre que j’ai franchi un grand pas depuis une année. Je suis capable d’aller chercher le double mètre pratiquement sans préparation spécifique ! Je suis donc très confiant pour la suite. Je vais pouvoir entamer une préparation technique et véritablement commencer ma saison ! Je suis certain que mon travail finira par payer !

Merci à toutes les personnes qui m’ont accompagné jusqu’à cette médaille.

L’envol est proche !

Suivre Vivien Streit:

Je pratique l’athlétisme depuis que j’ai 9 ans, et me suis progressivement spécialisé dans le saut en hauteur à l’âge de 16 ans. Bien que n’ayant pas le profil typique d’un sauteur en hauteur, je compense mes quelques centimètres en moins par un élan rapide et beaucoup de travail au-dessus de la barre

Derniers billets de