Nouvelle saison, nouvelles couleurs

Posté dans : Compétitions | 0

Hier, c’était le jour de la rentrée, le début des choses sérieuses, le moment de décoller. Bref le début de la saison en salle que je prépare depuis fin septembre. Comme d’habitude, c’est à Aigle que j’ai lancé ma saison. Mais une fois n’est pas coutume, sur le maillot, noir et jaune ont remplacés bleu et rouge…

En effet, ce premier concours de l’année était aussi mon premier sous les couleurs de l’US Yverdon, au sein duquel Nicolas Verraires, Loïc Gasch et moi-même avons formé une nouvelle cellule concentrée sur le saut en hauteur depuis septembre dernier. Suite à cela et après avoir longuement réfléchi, j’en suis venu à la conclusion qu’il ne serait pas compréhensible ni même correct de ne pas faire partie de l’USY, alors même que mon nouvel entraîneur choisit de consacrer une grande partie de son temps libre pour cette nouvelle structure.

Forcément cette décision a été difficile pour moi et je remercie chaleureusement le COVA, en particulier Jacques Binder, pour les 17 années passées dans le club de Nyon qui m’ont permis d’atteindre le niveau suisse. J’ai été très heureux de remporter au nom du COVA plusieurs médailles suisses, dont quatre titres. Mon club formateur restera toujours dans mon cœur, et je saurai penser à ce dernier lorsque je mettrai fin à ma carrière.

La rentrée était donc un peu spéciale, pour moi, à ces Championnats Vaudois. Malgré tout, elle s’est très bien déroulée. Le résultat, avec une barre effacée à 2.06m, est satisfaisant. Au passage, je remporte le titre. Puisque mon premier échec a eu lieu à 2.10m, la régularité des sauts a été bonne sur ce concours. De plus, j’ai ressenti beaucoup de point positifs, ce qui laisse présager du bon pour la suite. Les réglages des prochaines semaines devraient amener à des barres nettement plus hautes !

Crédit photo : Pierre-André Bettex

Suivre Vivien Streit:
Je pratique l’athlétisme depuis que j’ai 9 ans, et me suis progressivement spécialisé dans le saut en hauteur à l’âge de 16 ans. Bien que n’ayant pas le profil typique d’un sauteur en hauteur, je compense mes quelques centimètres en moins par un élan rapide et beaucoup de travail au-dessus de la barre
Derniers billets de